Mary Prince

 

 

MARY PRINCE

D’après THE HISTORY OF MARY PRINCE. Récit autobiographique d'une esclave antillaise

Mis en scène par Alex DESCAS

Avec Souria Adèle

Compagnie Man Lala

 

Le spectacle est labellisé par le CNMHE (Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage)

et par l’Unesco dans le cadre du projet “ La Route de l’esclave ”.

A partir de 12 ans

Dossier de présentation et revue de presse téléchargeables en cliquant ici

 

Crédit photo pour l'affiche: © Françoise Huguier

Calendrier

Dates à venir:

 

Au Festival d'Avignon OFF 2017

Du 07 au 30 juillet 2017 à 12h30 - à l'Albatros (29 rue des Teinturiers 84000 Avignon)

Relâche les mardis 18 et 25 juillet

 

Dates passées:

Le 10 mai 2017 à  10h30 et 20h30 - Espace Jacques Tati, Allée de la Bouveche, 91400 Orsay

Le 04 mai 2017 à 14h 30 et 20h30 - Théâtre Municipal d'Autun, Place du Champ de Mars 71403 Autun

Le 08 avril 2017 à 15h- Médiathèque George Sand, 6 rue Pasteur 28110 Lucé

Le 10 mars 2017 à 20h30 et le 11 mars 2017 à 17h30 - Théâtre de Saint-Maur 20 Rue de la Liberté, 94100 Saint-Maur-des-Fossés

Le 09 mars 2017 à 21h - Sud-Est Théâtre, 21 Avenue Carnot, 94190 Villeneuve Saint Georges

Le 03 mars 2017 à 19h et le 04 mars 2017 à 17h30 - Théâtre de Saint-Maur, 20 Rue de la Liberté, 94100 Saint-Maur-des-Fossés

Les 24 et 25 février 2017 à 20h30  -  Théâtre de Saint-Maur, 20 Rue de la Liberté  94100 Saint-Maur-des-Fossés

Festival Avignon OFF 2016 - Du 07 au 30 juillet 2016 à 12h30 - Théâtre de l’Albatros 29 rue des Teinturiers 84000 Avignon

TOURNÉE EN GUYANE (juin 2016)

    • Jeudi 2 et samedi 4 juin 2016 Théâtre de Macouria

    • Dimanche 5 juin 2016 : Théâtre Kokolampoe Saint-Laurent du Maroni

    • Lundi 6 juin  2016: Le Toucan- Saint-Laurent du Maroni

    • Mardi 7 juin  2016: Salle polyvalente de Mana

    • Mercredi 8 juin2016 : Kourou

    • Jeudi 9 juin  2016: Montsinéry

    • Vendredi 10 juin 2016 : Théâtre de l’Encre Cayenne

Le mardi 10 mai 2016 (matinée et soirée) - au Forum, 5 place de la Libération 93150 Le Blanc-Mesnil

Le samedi 7 mai 2016à 17H - La Maison des Arts, 26 rue de Saint-Nazaire 44800 Saint-Herblain

Le vendredi 8 avril 2016 (matinée et soirée)- La Fabrique, 39 rue Amiral Courbet 24110 Saint-Astier

Le vendredi 11 mars 2016 à 20H45 - L’Atrium, 3 parvis Robert Schuman 92370 Chaville

suivi d’une conférence débat avec l’historien Marcel Dorigny

Le mercredi 24 février 2016 à 14H30 (répétition publique) - Théâtre Victor Hugo, 14 av Victor Hugo 92220 Bagneux

Représentation suivie d’un échange avec Kamel Chabane professeur d’histoire et d’un juriste du Comité contre l’Esclavage Moderne.

Festival d'Avignon 2015: Du 04 au 26 juillet à 12h30 - L'Albatros, 29, rue des Teinturiers, 84000 Avignon

Le samedi 16 mai à 20h30 - L'atelier à spectacle, 51 rue de Torcay, 28 500 Vernouillet (Dreux)

Le samedi 09 mai 2015 à 20h - Centre Culturel Sidney Bechet, 10 Place Henri-barbusse, 91350 Grigny

Le jeudi 07 mai 2015 à La Courneuve

Le dimanche 19 avril 2015 à 16h - Théâtre du Thelle, 31 rue Voltaire, 60110 Méru

Du 15 octobre au 20 décembre 2014 (du mercredi au samedi à 19h) - Manufacture des Abbesses (7 rue Véron, 75018 Paris)

 

Quelques photos du spectacle : 

 


Presse

 

Articles et revue de presse : (cliquer sur l'article pour l'agrandir et pouvoir le lire)

 

Mary Prince on en parle aussi sur France Inter !  "La Marche de l'histoire" du vendredi 12 décembre 2014 avec Souria Adèle en invitée mettait à l'honneur Mary Prince. Pour réécouter l'émission cliquez ici

 

L'histoire de

Mary Prince

 

Premier témoignage d’une esclave sur sa condition, écrit avant l’abolition de l’esclavage en 1831 dans les colonies britanniques, Mary Prince raconte avec pudeur et retenue sonincroyable odyssée.


Née aux Bermudes, vendue à l’âge de douze ans, elle est ballottée de maître en maître, d’île en île, jusqu’à Antigua. Puis elle suit son dernier propriétaire en Angleterre où elle demande son affranchissement.

Restituant son parcours et son combat, Mary Prince va dépeindre avec humanité la réalité, ou plutôt les différentes réalités de la vie des esclaves : le quotidien d’une esclave de maison, d’une esclave dans une saline ou encore des esclaves dans les champs.
Elle nous fera ressentir l’enfer de vivre sous le joug de maîtres tout-puissants, qui ont tous les droits et peuvent donc, au gré de leurs caprices, battre, tuer, abuser, torturer…
Arrivée esclave, Mary Prince est devenue immédiatement libre en Angleterre puisque l’esclavage n’existait pas dans le Royaume-Uni. Mais elle devra encore se battre pour retrouver son mari aux Antilles sans retourner à sa condition d’esclave, l’esclavage ayant toujours cours dans les colonies.


Dans le contexte de l’époque, Daniel Maragnès dans l’édition La Véritable Histoire de Mary Prince chez Albin Michel, souligne l’audace de cette prise de parole qui va bien au-delà d’un simple texte autobiographique.
En effet, ce témoignage présente un intérêt exceptionnel tant du point de vue politique qu’historique : politique, car le xixe siècle voit aboutir la lutte pour la suppression de l’esclavage ; historique, parce qu’il nous oblige à entendre une voix que l’on condamnait au silence. La bouleversante histoire de Mary Prince nous rappelle que l’esclavage est un crime contre l’humanité.

Le texte

 

 

 

Afin de pouvoir retourner libre aux Antilles, Mary Prince entamera à Londres une procédure d’affranchissement, car ses propriétaires s’opposaient totalement à sa libération, en allant jusqu’à la calomnie.


Elle sera représentée par Thomas Pringle, avocat abolitionniste.


Il fera transcrire pour le juge, le récit de sa vie, sachant que ce récit serait publié et servirait de témoignage pour abolir l’esclavage dans les colonies et pour que Mary Prince puisse gagner sa liberté.


Voici un extrait de la préface à la 1re édition de 1831, rédigée par Thomas Pringle :
« Ce fut Mary Prince la première qui suggéra l’idée d’écrire son histoire. Elle souhaitait, disait-elle, que les bonnes gens d’Angleterre puissent apprendre de la bouche d’une esclave les sentiments et les souffrances d’une esclave. […] Le récit fut recueilli sous la dictée de Mary par une dame qui se trouvait alors l’hôte de ma famille ; elle le prit par écrit en entier. […] Aucun fait d’importance n’a été coupé, aucun détail, aucun sentiment n’a été ajouté. »


Le récit de Mary Prince a été publié en 1831 à Londres, sous le titre de The History of Mary Prince. A West Indian Slave Narrative

Distribution

 

Souria ADÈLE - COMEDIENNE


Martiniquaise ayant toujours vécu dans l’Hexagone, après deux ans d’études de droit elle décide de se consacrer à la danse et au chant (Julien Clerc, Grand Orchestre du Splendid, Nino Ferrer, etc.)

Elle a joué entre autres sous la direction de Jérôme Savary dans La Résistible Ascension d’Arturo Ui, de Jean-Paul Lucet dans Barnum ou de Jean-Luc Moreau dans Impair et Pair.

Suite à sa rencontre en 1996 avec John Strasberg, elle s’oriente vers la comédie.Mais face à l’indigence des rôles qui lui sont proposés à la télé, elle écrit son premier seule en scène Marie-Thérèse Barnabé, Négresse de France, témoignage d’une femme noire dans la France d’aujourd’hui, qui sera présenté à la Comédie Bastille, au Café de la Gare, au festival d’Avignon et en tournée.

Mary Prince est son deuxième seule en scène.

 

 

 

Alex DESCAS - MISE EN SCÈNE

Après avoir suivi les cours de Ada Lonati et Blanche Salant, Alex Descas débute au cinéma avec « S’en fout la mort » de Claire Denis en 1990, rôle pour lequel il sera nominé pour le César du meilleur jeune espoir masculin et qui lui vaudra le prix Michel Simon.

Attiré par le cinéma d’auteur, il a travaillé entre autres avec Olivier Assayas, Raoul Peck, Jim Jarmush, Peter Handke..., et régulièrement avec Claire Denis, qui lui offre le rôle principal dans 35 Rhums.

Au théâtre il a travaillé entre autres avec Julius Amédée Laou, Gérard Gelas, Hans Peter Cloos, Hammou Graia, Nathalie Richard, Irina Brook. Dernièrement il jouait un avocat dans la pièce Race de David Mamet, mise en scène par Pierre Laville. A la télé, il est le commissaire Schneider dans la série « Un flic » .

Mary Prince est sa première mise en scène.

Note d'intention

 

Après avoir découvert le récit de Mary Prince, je me suis dit que pour plusieurs raisons il fallait absolument retranscrire ce texte, le faire vivre.


Le vide historique

Trop peu de documents, de témoignages réels sur cette période de la traite négrière existent. Nous ne disposons que de peu de noms, peu de photos, peu d’éléments pour nous rappeler cette période. Seuls des dessins, des schémas de bateaux, le point de départ et le point d’arrivée nous offrent des repères concrets. Pour le reste, ce sont des écrivains ou des cinéastes qui arrivent de façon fictive, avec leur propre imaginaire, à restituer la vie des esclaves durant la traite négrière.
Moi-même, qui suis originaire de la Martinique, j’ai eu du mal comme bien d’autres à établir mon arbre généalogique. Il y a des vides qu’on ne peut pas remplir.


Ce texte est comme une photo. Il est vrai, authentique. Il s’agit bien d’une femme qui parle de sa vie d’esclave et de son affranchissement lors de son séjour en Angleterre, et ce, à la première personne.

 

Un écho qui résonne encore
L’histoire de Mary Prince est d’une modernité effrayante. Plus je le lis, plus il me ramène à la réalité de tant de personnes qui vivent ce que l’on appelle l’esclavage moderne. C’est cette forme (un témoignage brut et immédiat), que je tiens à respecter. Je serai au plus près du texte de Mary, même si, vu la longueur du récit, je suis obligée de faire quelques coupes. Je veux restituer toute l’intensité dramatique de ce texte, dans un seule en scène, avec très peu d‘artifices. Cette forme légère me permettra de tourner le spectacle plus facilement, sans être contrainte par un trop lourd dispositif.


Souria ADÈLE

Mise en scène

 

Un plateau nu, entièrement vide.


Une femme (vêtue d’une longue robe, de style 19e siècle) rentre et livre son témoignage.


C’est le récit d’une femme, de Mary Prince sur sa vie d’esclave. Il s’agit très vite de comprendre que ce n’est pas la peine d’imaginer un jeu de décor


Danse immobile.
Solo effroyable.


Notre attention est centrée uniquement sur Mary Prince, la force de sa présence durant la terrifiante histoire qu’elle porte à notre connaissance.L’importance de la lumière qui participe à la transformation du personnage.

Dans le spectacle Mary Prince, au-delà de la vérité historique et politique, c’est la nécessité absolue pour Mary Prince de porter témoignage et cette voix qui est si loin et si proche témoigne aussi du présent et rappelle toujours la même nécessité de rester toujours vigilant.


Alex DESCAS

 

Fiche et documents techniques téléchargeables ici

Contacts

 

Compagnie MAN LALA
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

CONTACT PRESSE
Sandra Vollant : 06 58 27 46 00
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


CONTACT DIFFUSION
Martine Derrier - Les Petits Ruisseaux
Tél. : 06 81 13 69 68 / 01 49 59 93 69
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.lespetitsruisseaux.com