Seul dans Berlin ?

 

 

cliquer sur l'image pour agrandir

Théâtre Cassiopée

 

présente

 

Seul dans Berlin ?

 

 

 La compagnie est subventionnée par la Ville de Paris, le Conseil Général des Yvelines, l'Adami.

Ce spectacle est soutenu par la Ligue des Droit de l'Homme     

 Dossier téléchargeable dans la rubrique "téléchargements"

Calendrier

 

Dates à venir:

Le 16 janvier 2015 à 20h30

La grange à dîmes - Arrière-cour de la Mairie d'Ecouen (95440)

 

Dates passées:

Du 08 janvier au 1er mars 2014

du mardi au samedi à 18h30

Succès : prolongation du 2 avril au 18 mai 2014

du mardi au samedi à 21h30 et les dimanche à 17h

Le Lucernaire - 53 Notre Dame des Champs 75006 PARIS

 

Les Jeudi 06 et vendredi 07 mars 2014 à 14h30 et samedi 08 mars 2014 à 20h30

Théâtre Eurydice - 110 rue Claude Chappe - 78370 PLAISIR

 

Le 10 octobre 2014 à 21h

Théâtre municipal Jean Marmignon - 4 Place Hippolyte Ducos 31800 Saint-Gaudens

 

 

Voir le Teaser

 

Articles de presse

 (cliquer pour agrandir)

Le Projet

d'après « Jeder stirbt für sich allein »(Seul dans Berlin) de Hans Fallada

Dans sa traduction française, le roman qu’Hans Fallada écrivit en 1947 ne comporte pas de point d’interrogation. La présence de ce point d’interrogation dans le titre de cette version théâtrale constitue un premier acte fort d’adaptation.

Rappelons brièvement que ce roman, salué unanimement (Primo Levi en tête) comme une des fresques les plus bouleversantes sur la vie quotidienne en Allemagne durant le régime nazi, nous présente les « aventures » sinistres et dérisoires des habitants d’un immeuble de Berlin. Parmi ces habitants, l’adaptation théâtrale ne retiendra qu’un couple : Otto et Anna Quangel. Couple sans histoire, sans passion intime ou politique. Un couple donc, qui vit au rythme des nouvelles du front envoyées par un fils qui bientôt n’écrira plus !

C’est l’histoire de ce couple qui sera portée sur scène ; une scène qui rythmera le lent enfermement tragique de ces héros qui s’ignorent, de ces résistants modestes et peut-être dérisoires.

Les Quangel ne vont rejoindre aucune armée de l’ombre. Ils ne cherchent même pas à savoir si cette armée existe. Ils ne prendront pas les armes et ne rejoindront aucun maquis.

Assis à la table de leur cuisine, ils vont se mettre à rédiger des cartes, laborieusement, une par soir. Sur ces cartes pas de mots trop grands pour eux, mais le cri des restes d’une famille qui pleure un fils mort pour rien, ou plutôt pour la grandeur d’un Reich qui lentement les détruit.Ces modestes cartes, rédigées sur des petits bouts de papier, les Quangel vont se mettre à les distribuer dans des cages d’escalier, à travers Berlin, espérant toucher le cœur et peut-être la raison de ceux qui, comme eux, se terrent et attendent les jours meilleurs promis par les Puissants.

Un point d’interrogation donc ! Sont-ils les seuls à hurler leur détresse ?

Transposer cet immense roman sur la scène, c’est se servir de la force dramatique que nous apporte le plateau de théâtre. Lentement, jour après jour, carte après carte, un drame se noue dans une cuisine. L’enfermement même de cette cuisine illustre alors avec force le caractère dérisoire et tragique de la révolte des Quangel. C’est cette révolte sourde et poignante qu’il s’agira d’illustrer. Il restera un cri singulier qui n’entend pas dédouaner un peuple de ses fautes, encore moins relire une Histoire qui ne retient plus que les héroïsmes « hollywoodiens ». Non, le geste des Quangel, espérons-le, trouvera au théâtre, son plus bel écrin, celui d’une nuit où chacun d’entre-nous a rendez-vous avec sa soumission ou sa résignation.

René Fix - septembre 2010

Intentions de mise en scène

Anna et Otto Quangel ont réellement existé. Cela est d'autant plus poignant. Ce n'est pas une histoire comme tant d'autres, et j'ai souhaité la mettre en scène et jouer moi-même Anna Quangel, René Fix remplissant le rôle d'oeil extérieur principalement en ce qui concerne mon travail d'actrice. Il s'agit de rendre palpable cette petite vie des Quangel qui aurait dû être banale et que rien ne destinait à un destin courageux et tragique.

La pièce se passe principalement dans la cuisine du couple et dans le bureau du commissaire. Je souhaite que les différents lieux de l'action soient évoqués de manière très simple et symbolique. Une table de cuisine qui deviendra, une fois débarrassée de sa toile cirée, le bureau du commissaire. De même en ce qui concerne les costumes des années 40, ils devront signifier clairement la saison et le moment où l'action à lieu, celle-ci se déroulant sur deux ans. Il s'agit de recréer l'atmosphère visuelle et sonore de l'année 1940 à Berlin. Des projections video créeront les différents lieux de l'action ainsi que l'ambiance de l'époque (fenêtre dans la cuisine des Quangel, plan de Berlin pour le bureau du commissaire, extraits de films à la mode, évocations de la guerre : défilés militaires au ralenti... etc) En fond sonore, diffusion de discours conquérants venant des autres étages de l'immeuble, (c'est la victoire sur la France) de chansonnettes, de musiques sirupeuses qui viennent des autres appartements et auxquels on ne peut échapper, pas dans l'escalier, conversations feutrées. Il me faudra créer une atmosphère pesante qui au cours de la pièce deviendra de plus en plus angoissante.

La direction d'acteurs est essentielle et je compte m'y consacrer en priorité. Ce sont des comédiens remarquables et qui sont capables d'entrer avec talent dans cet univers émouvant fait de petites choses quotidiennes. Pas de patos donc, la vie du couple, simple et sans discours. La résistance des Quangel durera deux années. Pour me résumer, je souhaite traiter ce texte comme un film.

Claudia Morin

Equipe artistique

René Fix - Auteur dramatique, traducteur.



En 1989, Vacance - Création au Théâtre National de Strasbourg en novembre 1990 (Lire le théâtre) en collaboration avec le Carrefour des Littératures européennes ; puis par Jean Deloche en janvier 1995 au Salmanazar à Epernay et à Reims.

En 1991, Kammerspiel - Publié par Théâtre Ouvert Tapuscrit n° 7, Un ciel pâle, sur la ville - Publié aux éditions Amiot-Lenganey. Mise en scène de Michel Dubois, création à la Comédie de Caen en novembre 1992. L'étoilée : drame musical - Créé en juin 1994 à la Comédie de Caen dans le cadre des festivités nationales du cinquantenaire du débarquement. Mise en scène de Mathilde Heizmann.Traduction de la pièce de Herbert Achternbusch : La botte et sa chaussette pour les éditions l'Arche. Une voix si petite - Mise en scène de Marie Martin-Guyonnet présentée à Paris (L'Atalante) en novembre-décembre 1997.Il a travaillé aux côtés de Pierre Barrat à l'Atelier du Rhin et a occupé le poste de secrétaire général de la Comédie de Caen de 1991 à 1997.En 1999, Noctune pour un poète ou Jean Racine parmi les siens - Mise en scène de Claudia Morin au Théâtre du Vésinet, et joué au Musée National des Granges de Port-Royal.En 2001, il traduit La Profession de Mme Warren de G.-B. Shaw et fait une adaptation scénique des Affinités électives de Goethe.En 2002, traduction et dramaturgie de Happy end de B. Brecht, mise. en. scène. de Jean Lacornerie, tournée en Ile-de-France avec l'IFOB.Traduction et adaptation de Of thee Ising de Gershwin. Création en 2003 à Oulins.En 2004, il écrit Au Banquet d’Epicure mis en scène par Claudia Morin et présenté dans les Alpes de Haute Provence.

En 2005, il traduit et adapte pour le théâtre d'après le scénario du film de Louis Malle Mon dîner avec André de Wallace Shawn et André Grégory. Il écrit Shakespeare sur la Place mis en scène par Claudia Morin et joué au Vésinet et dans les Alpes de Haute Provence.En 2006, il traduit et adapte pour l’Opéra de Lyon le Signé Vénus de Kurt Weill. Egalement en 2006, écriture du Livret d’opéra Pierre la tignasse, musique Bruno Bianchi ; création en septembre 2007 (Fonds de soutien création lyrique SACD).Puis un texte français pour l’opéra A Lady in the dark (écriture en cours) création Opéra de Lyon et de Rennes en avril 2008. En 2008 également, il écrit une nouvelle traduction de Minetti de T. Bernhard destiné au Théâtre de l’Athénée. Puis, Ulyss dans la ville, une pièce musicale pour le jeune public.Actuellement il écrit le livret d'un opéra autour de Bérénice (musique de Martin Matalon - quatuor Diotima, création mars 2013) ainsi qu'une nouvelle traduction de Mère Courage, deux commandes du Théâtre de la Vallée (direction Gerold Schumann)

 

SCÉNOGRAPHE

 

Pascale Stih

Après une école d'art et une formation en costumes, elle intègre la compagnie artistic Athévains pour laquelle elle travaille sur les décors sous la direction de François Cabanat. Elle est ensuite assistante de Gilone Brun ainsi que de Jean Charles Clair pour la compagnie Patrice Bigel et à l'opéra de Rouen.

Depuis, elle collabore en tant que scénographe avec Véronique Caye, Gerold Schumann, Jacques Vincey, Christophe Grégoire, Anna Mortley et Stéphanie Chêne etc…pour le théâtre et la danse.

 

Claudia Morin – Directrice de compagnie et metteur en scène.

 

 

En 1974, elle crée avec F. Timmerman la COMPAGNIE MORIN-TIMMERMAN au sein de laquelle elle va jouer Goldoni, Labiche, Molière, Marivaux, Musset, A. Perry-Bouquet... etc. A partir de 1981 elle passe à la mise en scène tout en continuant de jouer dans les spectacles de la compagnie.

En 1990 Création du THÉÂTRE CASSIOPÉE, dans lequel elle va mettre en scène et jouer Marivaux, Eugène O'Neill,, Carlo Goldoni, Jean Giraudoux, Goethe, Bernard Shaw, Harold Pinter, Balzac, René Fix, Gil Ben Aych…etc.

 

Claudia Morin – Comédienne.

 

A sa sortie du Conservatoire National de Paris, elle joue pendant une dizaine d’années au théâtre. Elle interprète des pièces d’auteurs classiques et contemporains. Au cinéma, elle tourne avec P. Jourdan, C. Lelouch, Vadim, C. Pinoteau, à la télévision dans des séries dans lesquelles elle joue des rôles principaux. Elle joue également dans des téléfilms avec M. Boisrond, P. Goutas, Lazare Iglesis ... etc.

 

Marc Henri Boisse - Comédien

 

est acteur et metteur en scène. Il a joué au théâtre sous la direction de:, Richard Foreman, Bernard Sobel, Philippe Adrien, Pierre Blaise, Guy Pierre Couleau, Joel Dragutin, Christian Rist, Elisabeth Marie … Au cinéma, avec des réalisateurs tels que: Marcel Hanoun, Pierre Henri Salfati, Maria Koleva, Jean Paul fargier Pour Radio France, il participe à de nombreuses fictions radiophoniques. D’autre part, il a enseigné le Théâtre notamment pour la ville de Marly le Roi, l’école « Théâtre en Actes », la Faculté Paris 7 Jussieu. Il a également signé plusieurs mises en scène telles que: « les cahiers brûlés », « crime banal pour motif de peu d’intérêt », « Kleist automatique ». Il participe au comité de lecture du théâtre de la tempête.

 

Pascal Martin-Granel  – Comédien

 

Il suit des formations de comédien au Cours Simon, au Cours Jean-Simon Prévost, au Studio 34 et au Studio Jack Garfein. Comédien dans de nombreux spectacles, il joue notamment sous la direction de Gilles d’Ettore, Laurence Campet, Sylvain Maurice, Boris Pokrovski, Henri Tisot, Patrick Melior, Patrick Sueur.
Il a joué, avec l’Interlude T/O, dans Oratorio pour un joueur de tango, Jardinage Humain, La Mastication desmorts.

 

 

 Teaser :